Après le journal intime de Han Feng, voici celui de monsieur Wang !

Publié le par wangyoann

            Le mois dernier, le responsable du bureau du tabac de la ville de Laibin 来宾 (dans la province du Guangxi), Han Feng, a vu son journal intime circuler sur de nombreux sites internet chinois. On apprenait, grâce à son carnet, la vie passionnante et passionnée de ce fonctionnaire chinois, journées qui peuvent se résumer en « sexe, alcool et corruption » ! Il aurait des relations sexuelles avec au moins 56 jeunes femmes, vous verrez dans la suite du texte, que Han Feng n’est qu’un petit joueur face à monsieur Wang.

            Ce mois-ci, c’est au tour d’un certain monsieur Wang (le nom a été modifié), un fonctionnaire de la province de l’Anhui, de faire l’actualité à propos de son journal intime. Attention, il semblerait que ce fonctionnaire soit sur le point de faire « exploser » le record en matière de relations sexuelles illicites ! Vous n’avez pas oublié une des dernières statistiques impressionnantes que nous avions relayées dans un texte précédent, où dans les affaires de corrompus pris la main, la tête et le reste, dans le pot de confitures, plus de 95 % d’entre eux ont au moins une maîtresse ! Tenez-vous bien, car ce monsieur Wang n’explose pas le record (peut-être un futur record pour le Guinness) avec un « score de femmelettes » (désolé pour le vocabulaire), puisqu’il aurait eu des rapports avec 500 jeunes filles sur 8 ans ; bien sûr, notre Dom Juan devra également répondre devant ses juges de faits de corruption (mais c’est un peu anecdotique par rapport aux performances de « tombeur » du personnage) ! Ses carnets dévoilent également des objectifs bien précis qu’il s’était fixés : séduire (et plus si affinités, affinités qui se créent, et surtout, qui se consolident si les billets de banque à l’effigie de Mao sont suffisamment importants pour nouer de telles relations) entre « 600 et 800 filles différentes ».

            Cette sordide histoire n’a pu être rendue publique que parce que la femme de monsieur Wang a découvert fortuitement ses carnets, elle les a ensuite remis à des membres de sa famille, qui se chargèrent eux-mêmes « de les dévoiler au public » !

            L’hôpital numéro 116 de la ville de Laibin où travaille (travaillait) ce responsable du « centre de radiothérapie », est en état de quasi « alerte générale ». En effet, de nombreux journalistes chinois se sont précipités sur les lieux pour recueillir un maximum d’informations. Mais depuis plusieurs jours, peu d’informations circulent ! Par ailleurs, une partie du personnel de l’hôpital est dans le même temps soupçonnée de corruption !

            Comment un fonctionnaire à un poste si peu élevé, dont le salaire de base (sans les pots-de-vin, etc.) était de 1600 yuan (soit environ 175 euros), a-t-il pu s’acheter deux appartements qu’il aménagea en douillette garçonnière ? Nous vous laissons imaginer la situation (financière et matrimoniale) des fonctionnaires chinois qui ont une position plus élevée dans la hiérarchie du parti, et qui bénéficie en plus (grâce à leur relation guanxi et aux hongbao distribués) de l’appui soit des autorités policières, soit des autorités judiciaires, pour vaquer à leurs petites occupations : corruption, mœurs débridées… !!

           Quand on veut manier ensemble la plume et le manche, inévitablement, un jour on s’emmêle les pinceaux !

 

Sources : 法洽资讯,搜狐 et 南方报业网

Wangyoann

 

Commenter cet article