Combien y a-t-il de malades mentaux en Chine ?

Publié le par wangyoann

            Depuis plusieurs mois déjà, de nombreux articles abordent cette délicate question des troubles psychologiques en Chine. L’un des derniers articles à évoquer cette question est le site internet « 本地宝 » (Trésor local) au titre évocateur « 中国精神病患者去年已超亿 自知得病者不足五成 » (L’année dernière, le nombre de personnes atteintes par une maladie mentale à dépasser les 100 millions, moins de 50 % d’entre eux connaissent leur maladie). Tandis que ceux qui auraient développé des troubles graves seraient plus de 16 millions de personnes !

 

            Le dessin ci-dessous représente bien ce sujet sensible, on voit un médecin dominant une autre personne et lui montre une affiche qui dit : « Les malades mentaux en Chine ont dépassé les 100 millions », l’homme sur la droite répond : « Est-ce qu’on n’exagère pas ces chiffres afin d’effrayer les gens ? » !

 

            Ces chiffres impressionnants sont confirmés par d’autres études récentes, par exemple la revue The Lancet qui a publié une étude qui fit grand bruit en 2009 sur le nombre de Chinois atteint par des troubles mentaux (les troubles pris en compte allant des plus bénins au plus graves), le chiffre publié alors par cette revue était de 173 millions de Chinois (1), ce nombre correspond à 10 fois plus que les chiffres publiés par le gouvernement chinois !! Ramené à la population globale du pays, cela fait un peu plus de 10 % de la population chinoise présenterait des troubles psychologiques. Ces troubles psychologiques représentent aujourd’hui environ 20 % de l’ensemble des maladies affectant les Chinois, et c’est de loin une des « maladies » qui sévie le plus. On prévoit même que ce chiffre atteindrait les 25 % (voire les 30 %) à l’horizon 2020, soit entre 15 et 20 % de Chinois seraient atteint par une maladie psychologique !

 

            Une autre enquête de l’« hôpital sur les maladies psychologiques de Anding de la ville de Pékin » rapporte qu’entre 1984 et 1996, sur les 1515 affaires criminelles de la ville, 1248 (soit 82 %) de ces affaires avaient pour responsables un malade mental (à vrai dire, tuer des gens n’est pas vraiment un acte réalisé par des gens sains d’esprit ; mais la question primordiale ici est que la plupart de ces malades auraient dû être enfermées dans des lieux adéquats, adapter à leur état) !!

 

Cela montre à quel moyen les politiques chinois se désintéressent d’une question qui pourtant est préoccupante, nous l’avons constaté dernièrement où des écoliers firent les frais de plusieurs déséquilibrés (un de nos textes récents s’en était fait l’écho). Ou encore par les suicides nombreux au sein d’entreprises privées, ou encore par les actes isolés de personnes désœuvrées assassinant des gens au hasard dans la rue, affaires qui font régulièrement la une des journaux chinois.

 

Jusqu’à fin 2005, il n’y avait en Chine que 600 organismes de soins pour maladie mentale dans toute la Chine, et seulement 13 300 lits dans tout le pays, ainsi qu’un sous effectif criant de médecins : 16 000 pour toute la Chine ! Ne parlons même pas des enfermements forcés en dehors de toute autorisation préalable d’une autorité judiciaire ; enfermements qui ont lieu bien souvent pour faire taire des personnes gênantes.

 

            Ce qui ressort également de ces diverses études est le manque de moyens accordés par le gouvernement pour prévenir ou pour soigner ces personnes. Car dans cette société chinoise, les pressions sont de plus en plus fortes sur les personnes, l’échec est vécu comme une humiliation personnelle, il n’y a que le succès (succès financier) qui compte, et cela par tous les moyens. Ces troubles risquent donc de toucher davantage de monde dans une compétition toujours plus féroce.

 

 

(1) Source : 新世纪周刊

 

Source principale : 本地宝 (bendibao.com)

 

Wangyoann

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article