Deux hommes politiques chinois de l’année 2009 (et peut-être aussi en 2010) !

Publié le par wangyoann

Plusieurs hommes politiques chinois se sont faits remarqués l’année dernière sur la scène politique chinoise. Deux noms en particulier se sont détachés : Yu Zhengsheng et Bo Xilai.

                Le premier, Yu Zhengsheng, est le responsable du parti communiste de la ville de Shanghai. Son nom est sur le devant de la scène, car les résultats économiques escomptés pour Shanghai n’ont pas été remplis l’année dernière. La croissance des exportations de produits à l’étranger à baisser de 7,6 % !! Alors qu’en 2008, la croissance avait été de 9,7 % ! La pression sur le secrétaire du parti de Shanghai est donc très forte, car si l’année 2010 n’offre pas les résultats attendus par les autorités de Pékin, il risque bien de perdre son poste !

                Toutefois, sous l’impulsion de Yu Zhengsheng, Shanghai est en passe de devenir une « mégamégalopole », puisqu’à l’horizon 2020, Shanghai devrait être à la fois un « centre international de la finance et un centre de transport international », le mot d’ordre étant « 两个中心 » (deux centres). Pour que ces projets puissent se réaliser, la ville de Shanghai a décidé d’agrandir la zone de Pudong (quartier entièrement construit au début des années 1990, d’une superficie de 532 km², abritant de très nombreux gratte-ciels) pour la faire passer à une superficie de 1210 km² ; elle englobera ainsi les principaux centres « financiers, de transport, l’aéroport international de Pudong, le nouveau parc de Disney, etc. ».

 

                Le second personnage qui a marqué l’année 2009 (et qui marquera sûrement aussi l’année 2010) est le secrétaire du parti de la ville de Chongqing, Bo Xilai. Il est surnommé le  réalisateur du «  rouge et le noir ». Le rouge parce qu’il assume les fonctions de membre du bureau politique du comité central du parti communiste chinois et secrétaire du parti de la ville de Chongqing. Il serait en quelque sorte le porte-étendard du parti communiste symbolisé comme chacun le sait par la couleur rouge. Le noir, car depuis son arrivée à ce poste, il brille par sa volonté farouche de liquider la ville de Chongqing de la mafia qui y règne presque en maître ! (Nous avons déjà parlé de ce personnage dans plusieurs de nos écrits précédents). Si seulement, il pouvait y avoir plusieurs centaines ou plusieurs milliers de Bo Xilai en Chine pour éradiquer cette corruption honteuse dans toutes les villes chinoises, en commençant par les villes de Pékin et Shanghai, hauts lieux de la mafia en Chine (car là où il y a de l’argent il y a la mafia) !!

 

Source : 凤凰周刊, fin janvier 2010.

Wangyoann.

Commenter cet article