Difficile mise en place de la réforme des hôpitaux publics en Chine.

Publié le par wangyoann

À l’origine, la réforme des hôpitaux publics chinois devait être lancée au tout début de l’année 2010, et prévoyait (dans un premier temps) que 30 % des structures publiques de tout le pays commencent à développer « un système de médicaments de base », c’est en réalité un système qui devrait être destiné aux personnes dont les revenus sont très faibles ; en tout cas, le lancement de ce « système » a été repoussé pour le mois de mars de cette année ! La structure même de cette réforme n’est pas complètement connue, donc, c’est dire si la mise en pratique n’est pas pour demain !!

La santé en Chine est considérée, surtout depuis quelques années, comme un business à l’image de n’importe quel autre business : automobile, téléphone..., faire de l’argent par tous les moyens.

D’après les chiffres du gouvernement chinois (par conséquent, invérifiables !), il y aurait aujourd’hui en Chine plus de 800 millions de personnes bénéficiant d’une « assurance ». Mais attention, ce terme d’ « assurance » ne signifie pas grand-chose pour beaucoup de Chinois, car dans la plupart des cas, ces « assurances » ne servent à rien (ou presque), puisque de nombreux soins ne sont pas remboursés !! Ensuite, une partie conséquente des sommes versées par le gouvernement chinois sont consacrées aux personnes ayant un faible revenu. Mais comme ces personnes sont très nombreuses en Chine, les sommes que le gouvernement leur rembourse sont encore très dérisoires par rapport aux coûts qu’engendre le moindre soin dans un hôpital !

Le gouvernement chinois semble s’être saisi de cette question oh combien fondamentale dans un pays où les inégalités se creusent à vitesse grand V [les plus pourris gagnant de plus en plus d’argent, alors que les simples gens honnêtes se démènent chaque jour pour vivre dans une société où tout coute plus cher chaque mois (à cause notamment de l’inflation : produits de base alimentaire, immobilier, etc. !)], puisqu’il souhaite imposer des prix sur les médicaments les plus populaires. Des tests ont été menés dans certaines régions, et les autorités locales de ces régions utilisent ce prétexte de « tests complémentaires » pour repousser la mise en application de ces mesures ; en effet, elles risquent de grever fortement le budget de nombreux hôpitaux publics, or qui gère ces hôpitaux ? les collectivités locales ; où va l’argent récolté pour les médicaments ? dans les poches des dirigeants des hôpitaux et autres corrompus ! On comprend donc pourquoi le monde hospitalier chinois freine des quatre fers ce type de réforme ! Nous leur faisons toutefois confiance pour trouver d’autres moyens de revenu une fois la réforme adoptée (vous suivez ?) !!

                De temps en temps, de bonnes directives sont prises par les hauts dirigeants chinois, mais leurs applications dans les collectivités locales sont peu ou pas exécutées ! Autre problème récurrent, c’est le manque de moyen dédié à ce type de réforme, là où il faudrait des dizaines de milliards d’euros, le gouvernement chinois ne va accorder « que » quelques milliards d’euros ; est-ce en prévision de détournements conséquents que les autorités n’accorderaient que de faibles moyens à ce type de mesures ? Si le gouvernement chinois veut véritablement résoudre ce problème, il devra y mettre les moyens !!

 

Source : 新世纪周刊, fin janvier 2010.

Wangyoann.

Commenter cet article