Erreur sur la cible !

Publié le par wangyoann

Une sacrée mésaventure est arrivée à Madame Chen Yulian (qui en dit long au passage sur les pratiques de la police et des politiques chinois). En effet, la femme du responsable adjoint « du comité légal et politique de la province du Hubei » (autant vous dire un titre pompeux, et un poste élevé dans la hiérarchie du parti) a été frappée pendant plus de 15 minutes par 6 policiers !


Photo de Madame Chen à l’hôpital :

 

tabassage.gif

                             Source: 南方都市报

 


            À l’hôpital, Madame Chen reçue la visite de hauts fonctionnaires de la police de la ville de Wuhan lui présentés des excuses et lui expliquèrent : « 打人纯属误会,没想到打了你这个大领导的夫 » ([vous] avoir frappé fut une erreur totale, nous n’avons pas imaginé que la personne battue fut vous, la femme d’un haut dirigeant), cela se passe de commentaire, et ce sont de hauts dirigeants de la police de la ville de Wuhan qui se sont exprimés de la sorte, nous n’imaginons pas ce qui aurait pu se passé si madame Chen n’avait pas eu pour mari un haut dirigeant du parti ! Une personne sur place s’est ainsi indignée des propos tenus par ce haut dirigeant de la police : « 若是一般群众你们是不是就可以随便打 ? » (s’il s’agit d’une personne ordinaire, est-ce que vous pouvez ainsi la frapper à votre guise ?). Cela fait froid dans le dos.


            Des internautes chinois se sont même amusés de cette histoire et ont conseillés aux dirigeants chinois, ainsi qu’à leur famille, de porter une pancarte où il serait inscrit : « 我有身份,不要打 » (j’ai une position [position sociale], ne me frappez pas]). Il est clair que si même les membres de famille de hauts dirigeants chinois risquent de se faire tabasser sans raison, que penser alors du simple Chinois qui se ferait « tabasser » dans la rue (par des policiers, des membres de mafias locales ou par des voyous payés pour un effectuer un « contrat »), sans qu’il puisse bénéficier d’appuis haut placés ?

 

 

Source : 凤凰网

 

Wangyoann

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article