Etudiants chinois en partance pour l’étranger : le combat (1/2)

Publié le par wangyoann

            De nombreux Chinois souhaitent quitter la Chine pour continuer leur scolarité dans un pays occidental, le plus souvent (en tout cas dans la plupart des souhaits de ceux-ci) ce sont les États-Unis qui attirent leur regard.

            Mais avant de poursuivre leurs études à l’étranger, les Chinois doivent passés des tests d’aptitude, plus particulièrement des tests de niveau de langue, le résultat déterminant (le plus souvent) l’Université d’accueil du pays hôte.

            Décidément, les Chinois aiment à se faire remarquer, on remarque qu’il s’agit très [trop ?] souvent de manière négative ! Notre texte montre une nouvelle fois qu’ils ne dérogent pas à la « règle » !

 

Des mesures surprenantes : 

            En effet, plusieurs organismes comme ceux du TOEFL, du GRE,du IELTS… ont pris des mesures de contrôle pour le moins surprenantes. Voyez donc : « enquêtes secrètes, fouilles au corps, contrôle en cachette des participants aux examens… », ou encore « les examinateurs collectent leur photo, les informations personnelles concernant chaque participant et les font vérifier », enfin dernière méthode employée, en complément des précédentes, les organismes « emploient des professeurs-examinateurs expérimentés, rompus à ce travail, pour surveiller les épreuves ». Et pourquoi ne pas bientôt passer les examens à poils, là à vrai dire, pour sortir ses antisèches il faudrait être imaginatif ; mais d’un autre côté, il y aurait quelques pratiques des plus douteuses, et tout le monde ne serait pas traiter de la même manière en face de son examinateur (ou examinatrice), inutile de faire un dessin !!

            Pourquoi toute une batterie de contrôle pour passer des tests de langue, pourrait-on se dire ? Tout simplement parce que les organismes responsables de ces examens veulent se prémunir d’un autre grand fléau chinois : la triche aux examens (ainsi que la fourniture de faux documents, mais là c'est un autre problème) !

            L’exemple d’un étudiant chinois désirant poursuivre ses études en Allemagne montre à quel point les divers organismes : ceux qui organisent les examens en Chine et les autorités consulaires des pays concernés, font montre d’exigences des plus strictes ! Cet étudiant, Chen Baoya, dû présenter tous ses relevés de notes depuis le primaire jusqu’à l’université, puis après fait notarié ces documents, il a du les envoyés à l’ambassade d’Allemagne pour une nouvelle vérification, et enfin la procédure s’est terminée par un entretien avec un responsable de l’ambassade !! (Il semblerait que ce type de procédure soit uniquement appliqué envers les étudiants chinois.)

 

Wangyoann

Commenter cet article