La "carte de la mafia chinoise"!

Publié le par wangyoann

     Le magazine 凤凰周刊 (fin novembre 2009) a mis en avant dans ce numéro: "la mafia", où plus exactement les "organisations à caractère mafieux" présentent en Chine. Première page surprenante dans le monde de l'édition chinoise, car cette page est en noire avec les caractères chinois en blanc : "黑社会  中国黑社会地图" (La mafia, Carte de la mafia chinoise). Ce dossier fait près de 20 pages où sont décortiquées les histoires les plus incroyables, de ces dernières années, sur ces "organisations à caractère mafieux".
    
      L'enquête commence avec l'affaire du moment qui secoue très fortement la ville de Chongqing, où les "messieurs propres", Bo Xilai et Wang Lijun, font un travail extraordinaire pour nettoyer la ville de cette présence tentaculaire de réseaux mafieux (nous rappelons que plusieurs milliers de policiers travaillent exclusivement sur les affaires anti-corruption de cette ville, soit près d'un quart des effectifs de police, sans compter les effectifs militaires venus en renfort!). A la fin juillet de cette année, le directeur de la police de Chongqing (Wang Lijun) a dévoilé le chiffre stupéfiant de plus de 3 milliards d'euros d'argent sale (pour le moment, car l'enquête n'est pas encore terminée) lié à la corruption, et de manière plus générale à ce que les autorités chinoises ont déjà qualifiées d'"organisations à caractère mafieux", celles-ci touchant tous les milieux: des banques, des entreprises (de toutes les tailles), des avocats, tous les niveaux hiérarchiques de la police, des fonctionnaires, etc.
    
      Ensuite, la rédaction présente sur une double page, les 10 plus grands chefs mafieux chinois de ces dernières années! Photos en noir et blanc, dont l'une montre une exécution au fusil de l'un des condamnés, avec sur la poitrine un papier collé où est écrit en caractères chinois, ce pour quoi il va être fusillé! (cela rappelle les moments les plus effrayants de l'histoire chinoise, comme la période maoïste, où les exécutions sommaires étaient très courantes!).
    
      On continu ce dossier spécial par un récapitulatif historique, allant de 1986 à nos jours, sur les histoires les plus exceptionnelles de "mafieux"; description des personnages, de leur vie et enfin les raisons qui les ont fait « tomber » : meurtres, trafics à grande échelle, menaces en tout genre contre les plus hautes autorités des provinces, etc.
    
      Et enfin, on arrive sur la double page la plus intéressante du dossier, qui est la carte de la Chine avec des hommes en noir présent dans toutes les provinces de Chine et symbolisant la présence (ou non, mais les mafieux sont présents partout sur la carte!) des réseaux mafieux;  à côté de la carte, on trouve un rapide descriptifs du nombre d'affaires liées à la "mafia", le nombre de personnes arrêté et le nombre de personnes condamné dans chaque province. Toutes les provinces de Chine sont concernées, comme par exemple la province du Sichuan où il y aurait pas moins de 166 affaires de ce type pour 2059 personnes arrêtées! Puis en plus petit, sur 3 lignes, on apprend que Pékin, Shanghai, Tianjin et la province du Xinjiang n'ont pas pu fournir de chiffres sur ce thème, faute d'informations suffisantes! Les 2 villes les plus importantes de Chine, la capitale politique et la capitale économique, sont incapables de fournir de chiffres sur les affaires liées à la "mafia"?? De deux choses l'une, soit effectivement les autorités de ces municipalités sont totalement incompétentes  pour faire ce type de calcul, et dans ce cas il est urgent de remplacer ces incompétents par des gens capables, soit ces « affaires » sont tellement imbriquées dans la vie même de ces villes qu'il est impossible d'y mener ce genre d'enquête sans risquer un effondrement général à la fois des dirigeants de ces villes et de leur économie!! En tout cas, l'absence même de statistiques dans ces villes est criante à tous les points de vue!!!
     
      Enfin, le dossier ce termine sur la difficulté en Chine de définir ce qu'est la "mafia", il n'existe pour l'heure que le terme "organisation à caractère mafieux" (黑社会性质组织), apparu dans la révision constitutionnelle de 1997. Car dans l'arsenal de lois du pays, ce mot 黑社会 (mafia) n'existe pas, les tribunaux doivent donc jongler avec les directives qui viennent d'en haut (de Pékin) et la loi qui n'est pas très claire dans ce domaine. Ce sont donc les autorités de Pékin qui tranchent le choix cornélien pour savoir s'il s'agit d'affaires mafieuses ou non, tout ceci, bien sûr, de façon arbitraire et en toute transparence!!

(Source: 凤凰周刊, fin novembre 2009)

Wangyoann

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article