« Le Nouveau Temple de Shaolin » : une daube cinématographique ?

Publié le par wangyoann

           Nous avions déjà évoqué les moines de Shaolin dans un texte précédent, nous n’y revenons pas, mais l’aspect financier est l’un des éléments importants qui avaient attiré notre attention ; de plus, c’est cette avalanche d’argent sur le temple de Shaolin qui a permis au C.E.O., où au « big » boss du temple, de Shaolin d’en sortir suffisant pour s’offrir une belle campagne de propagande (oh pardon, une grande campagne de publicité). Nous avions également rapporté les revenus du temple qui s’élevaient à plusieurs entre plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d’euros par an. Des revenus bien entendu gérés et dépensés dans une opacité digne d’une mafia ; la mafia des moines chinois ?

            La nouvelle campagne de publicité des moines de Shaolin se fait par l’intermédiaire d’un énième film (et nous ne comptons pas les innombrables séries bébêtes sur le temple) sur les « pouvoirs extraordinaires » des moines, leur sens de l’honneur, et toutes les fadaises du même genre ! Les Chinois eux-mêmes en ont par-dessus la tête !

            Revenons toutefois au film lui-même. Deux mots pour le résumer : du sang. Les amateurs d’hémoglobines vont être servis dans ce film, car les scènes où coule le sang ne manquent pas. Mais ce qui est relativement embêtant pour ce genre de film, qui réuni pourtant une belle brochette d’acteurs chinois : Cheng Long (Jackie Chan), Liu Dehua (Andy Lau) ou encore Xie Tingfeng (Nicholas Tse) et Fan Bingbing, de véritables stars ici en Chine, le problème : l’épaisseur du scénario. On peut donc dire que le casting en impose et nous devons l’avouer, les acteurs jouent plutôt bien leur rôle. Le problème vous l’aurez compris, c’est un scénario d’une nullité consternante !! Pouvait-on s’attendre à autre chose d’un film qui succède, comme nous l’avons déjà dit, à de nombreux films et à de multiples séries sur un temple qui gère et digère tant d’argent ?

            D’un scénario lilliputien viennent se greffer des erreurs grossières qui gâchent encore plus un film qui ne se fera pas remarquer aux Oscars (ni aux Césars d’ailleurs) ; un exemple parmi d’autres : la course poursuite qui voit Liu Dehua (général de l’armée contrôlant la région de Dengfeng, non loin du temple de Shaolin) fuir ses troupes suite à la prise de pouvoir de l'armée de Liu Dehua par son commandant en second. Installé sur une calèche, Liu Dehua tente d’échapper à ses poursuivants, au bas mot une dizaine de calèches avec au moins 2 personnages pas trop fréquentables à son bord. L’un des poursuivants lance sa hache en direction de la calèche de Liu Dehua, bien entendu elle se plante juste devant lui, mais Liu Dehua, le héros du film, s’empare de cette hache, la jette derrière lui, et là c’est la bérézina chez les poursuivants, puisque ce sont presque toutes les calèches qui se renversent !! Une seule arrive quand même à suivre Liu Dehua sur un chemin étroit !!! Il arrive à s’échapper, puis à rejoindre le temple de Shaolin. Tout simplement du grand n’importe quoi.

            Nous n’allons pas raconter la fin du film ; mais le terrible Liu Dehua du début du film devient moine de Shaolin, et on voit clairement là qu’il récite et psalmodie la bonne parole du temple : amen. Ne parlons pas de la fin tout aussi abracadabrantesque, où Liu Dehua meurt entre les jambes du Bouddha du temple de Shaolin, etc., etc.

On se dit après la vue de ce navet : mon dieu, mais quelle nullité ce film. Une campagne de pub qui a tout de même coutée une fortune, comme les moines ne paient pas d’impôts, et qu’ils perçoivent dans le même temps des revenus atteignant plusieurs centaines de millions d’euros par an, une dépense comme celle-ci ne paraîtra pas dans leur compte ; de toute manière tiennent-ils leur compte ? Alors quelques millions d’euros dépensés ici ou là, tant que cela sert à mieux faire connaître le temple afin d’attirer encore plus de monde dans leur temple business et engranger encore plus de fric, les moines trouveront (surtout leur big boss, Shi Yongxin, qui a reçu comme cadeau tout récemment un superbe 4X4 hors de prix !) tout leur intérêt. Eh oui, les moines en Chine ne se contentent plus de faire des prières, ils organisent eux-mêmes leurs business. Combien s’en mettent-ils dans leurs poches ? Aucune idée, mais dans quelques années, il ne serait pas étonnant de voir quelques patrons de temple croisés le fer au plus haut sommet de la liste des milliardaires chinois ! Vous avez dit morale-éthique, des mots trop anciens dans la langue chinoise pour qu’ils soient encore compréhensibles aujourd’hui.

 

Wangyoann.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wangyoann 14/03/2011 08:27


Bonjour Pierre, ou préférez-vous Roger ?

Désolé du retard de notre réponse, nous étions tout simplement en déplacement.

Pourquoi avoir changé de prénom d’un commentaire à un autre Roger, pour vous cacher ?

Votre commentaire est des plus comique et reflète tout à fait l’expression suivante : fais ce que je dis, pas ce que je fais. Car nous ne comptons pas nous non plus les fautes d’orthographe dans
les quelques maigres lignes que vous avez rédigées ci-dessous !!!
« il y a longtemps que je n'ai pas jeté un œil sur votre blog. toujours aussi agressif, et pas tellement aidé par une pauvreté d'analyse, et une myriade de fautes tant de français, que
d'orthographe... ».

Alors que penser de votre commentaire ? Nous faisons des fautes d’orthographe ? En voilà un scoop Roger ! Nous allons très certainement nous répéter, notre réponse sera donc la même que la dernière
fois (relisez pour cela notre dernier commentaire) : oui nous en faisons, nous en ferons très certainement d’autres à l’avenir. Toutefois, de la part de quelqu’un qui ne respecte même pas les bases
de la construction d’une phrase, c'est-à-dire « une phrase commence par une majuscule et se termine par un point », cela nous laisse quand même pantois, pour ne pas être plus vulgaire.

Enfin bon, comme toujours avec vous, Roger, le fond ne vous intéresse pas. Est-ce toujours du mépris envers les Chinois ? Ainsi, comment peut-on rester dans un pays plusieurs années (au moins un an
dans votre cas si vous êtes encore en Chine) sans faire l’effort d’apprendre cette langue : paresse, sentiment de supériorité, l'âge ? Si ce n’est pas du mépris envers la Chine, qu’est-ce que cela
peut être ? Alors oui nos commentaires sont souvent assez agressifs, encore une fois, nous allons nous répéter : nous aimons la langue, l’histoire, la pensée, la culture chinoise, mais ce qui est
insupportable (vous ne pouvez pas le voir vous-même cher Roger, puisque les paillettes dorées façonnées par le gouvernement chinois virevoltent encore autour de vos yeux ébahis) c’est le
gouvernement qui gère ce pays ! Pour aimer un pays, doit-on pour cela aimer le gouvernent qui le dirige ? Dans ce cas, nous vous tirons notre chapeau cher Roger-Pierre, car appliquer ce principe à
la France, vous êtes tout bonnement une sacrée girouette : un coup à gauche, un coup à droite, et pourquoi pas un jour un coup à l’extrême ?

Votre niveau de chinois s’est-il amélioré ? Nous nous faisons la simple remarque qu’il ne peut aujourd’hui être guère plus bas qu’au moment de votre dernier commentaire, il y a un an de cela !
Quant au site ou au blog que vous aviez brièvement évoqué dans un de vos commentaires, pourriez-vous nous en donner l’adresse pour que nous puissions y jeter un petit coup d’œil ?

Enfin, Pierre-Roger, quand on voit un journal comme Le Monde, qui emploie plusieurs correcteurs, mais qui regorge malgré tout de fautes d’orthographe, nous restons donc en ce domaine quelque peu
modeste, nous n’avons pas la prétention (à l’inverse de vous, semble-t-il) d’écrire sans commettre de temps en temps des bévues.

Nous concluons par quelques mots de Paul Valéry : « On a trop réduit la connaissance de la langue à la simple mémoire. Faire de l'orthographe le signe de la culture, signe des temps et de sottise
».

Bien cordialement,
Wangyoann


pierre 11/03/2011 14:11


il y a longtemps que je n'ai pas jeté un œil sur votre blog. toujours aussi agressif, et pas tellement aidé par une pauvreté d'analyse, et une myriade de fautes tant de français, que
d'orthographe...
où au « big » boss du temple
, de Shaolin
d’en sortir suffisant
qui s’élevaient à plusieurs entre plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d’euros par an.
Les amateurs d’hémoglobines
qui réuni
D’un scénario lilliputien viennent se greffer
qui a tout de même coutée
dans leur compte
engranger encore plus de fric
leurs business
croisés le fer
(et d'autres, sûrement)