Le système Beidou bientôt mis en route.

Publié le par wangyoann

            Le système de navigation par satellite chinois appelé Beidou (北斗) va être mis en route à partir de 2012, il ne couvrira à cette date que la zone asiatique (en théorie), puis en 2020, ce système devrait être complètement opérationnel sur l’ensemble du globe.

            Les premiers essais de ce système de navigation en Chine eurent lieu dès 2000. Aujourd’hui, 10 satellites forment la « constellation » Beidou, le futur concurrent chinois du GPS américain.

            La première fois que les gens ont entendu parler de ce système fut après le tremblement de terre de Wenchuan (dans la province du Sichuan) en 2008. Selon les autorités chinoises, le système de navigation Beidou aurait permis de localiser rapidement les zones les plus touchées. Mais il est impossible de dire si le système est performant ou non, car les seuls à tenir un discours positif sont les dirigeants chinois eux-mêmes ! Une autre application qui semble être opérationnelle aujourd’hui est celle appliquée par les soldats du feu, car lorsque ceux-ci sont au cœur d’un incendie, le système Beidou leur permet, premièrement, d’obtenir une localisation précise. Deuxièmement : recevoir de courts messages d’information ; et enfin, troisièmement, point fondamental qui le différentie du GPS américain, c’est la possibilité d’envoyer, pour des personnes sur le terrain, des messages courts. Le système Beidou semble donc être plus complexe que le GPS.

            Le GPS est sans aucun doute le système de localisation par satellite le plus connu dans le monde. Dès 1994, les 24 satellites couvraient déjà 98 % du globe. Le système russe, GLONASS, semble lui aussi fonctionnel avec ses 20 satellites opérationnels. Galiléo devrait être opérationnel avec 30 satellites dans les années à venir. Beidou sera constitué de 5 satellites en orbite géostationnaire et 30 satellites en orbite moyenne, il sera lui aussi accessible gratuitement, mais il est encore beaucoup trop tôt pour savoir dans quelle mesure il sera effectivement gratuit !

            Certaines régions de Chine vont ainsi s’équiper massivement qui, à l’instar de la province de Hainan (extrême sud de la Chine), devrait installer dans les 2 à 3 années à venir ce système sur plus de 6000 bateaux ; ainsi en cas de problèmes en mer, les marins pourront signaler leur position, envoyer un message pour avertir précisément de leur situation, et enfin recevoir un message des secours.

            En 2020, le système de navigation Beidou devrait couvrir le monde entier ; à ce moment-là, il sera en concurrence avec le GPS, le système GLONASS (russe), et le système européen Galiléo (si les Européens arrivent à le financer !). Les applications futures pour les Chinois seront innombrables : la surveillance des ponts, des barrages ; le système devrait aussi améliorer la gestion des transports, résorber les embouteillages, etc., c'est le beau packaging que souhaitent faire passer les autorités chinoises, mais nous ne sommes pas dupent ! Les utilisations futures de ce système sont en effet réjouissantes, les parents de petits empereurs pourront surveiller les mouvements de leur enfant-roi, et pourquoi ne pousserions-nous pas la surveillance à un degré encore plus profond : la surveillance de toute la population, car qui pourrait en ce cas empêcher les autorités chinoises de fliquer encore davantage sa population ?

             Ces utilisations civiles ne masquent ainsi pas un des aspects extrêmement inquiétants d’une technologie mise entre les mains d’un pouvoir dictatorial comme la Chine, où les militaires ont un pouvoir disproportionné et surtout un pouvoir et une influence qui peuvent être incontrôlables ! Car en Chine, quel pouvoir civil contrôle les militaires ?

 

Source : 新民晚报

Wangyoann

Commenter cet article