Les Chinois en quête d’un train pouvant atteindre 1000 km/h ?

Publié le par wangyoann

            À la fin du mois de juillet de cette année, des responsables du ministère des Transports chinois ont déclaré qu’ils avaient bon espoir de voir la mise en circulation du train le plus rapide du monde sur une distance aussi élevée que celle qui sépare les villes de Shanghai et de Pékin (ligne de chemin de fer qui devrait s’étendre plus tard jusqu’à Canton). Le début de l’exploitation de cette nouvelle ligne est programmé au cours de l’année prochaine (nous vous rappelons que des journalistes chinois ont déjà pointé du doigt des détournements importants estimés à plusieurs centaines de millions de yuan, mais certainement très en deçà de la réalité).


            Les trains qui devraient circuler sur cette ligne l’année prochaine atteindraient la vitesse maximale de 350 km/h, c'est-à-dire la vitesse actuelle maximale du « TGV » chinois ! L’objectif, à plus long terme, est de développer un train à sustentation magnétique afin d’atteindre une vitesse de 500 à 600 km/h. Toutefois, cette technologie ne devrait pas être prête avant une bonne dizaine d’années, car la technologie devra être développée par les seules entreprises chinoises (avec une bonne dose, cela tombe sous le sens, de copiage et de vols industriels des compagnies étrangères).

 


futur train chinois

 

 

futur-train-chinois2.gif

futur-train-chinois3.gif                   Source pour les 3 photos : 凤凰网

 


            Dans les trois-quatre années à venir, de nouveaux essais vont être menés sur un train qui pourrait dépasser les 600 km/h, et pourquoi ne pas venir titiller la vitesse symbolique des 1000 km/h ; enfin, pour le moment, il s’agit de doux rêves réaliser par des dirigeants chinois toujours en quête de grandeur, car l’exploitation de ce train n’est pas pour demain, notamment pour des raisons technologiques dans un premier temps, car sur ce point la Chine est en retard et a encore besoin de la technologie étrangère (c’est pourquoi les Alstom, Bombardier, Siemens… vendent encore aujourd’hui leur train, mais dans quelques années, ils devront dire adieu au marché chinois), et dans un second temps pour des raisons de pollutions sonores et de consommations électriques très élevées.

 


 

Source : 凤凰网 

 

Wangyoann

Commenter cet article