Les Chinois perdent-ils la tête ? (1/2)

Publié le par wangyoann

            Titre un peu provocateur, nous en convenons, mais plusieurs « affaires » récentes nous amènent à nous interroger sur cette société qui perd de plus en plus les pédales. Dans ce texte, nous ne parlerons pas de l’attitude de ces fonctionnaires chinois pourris jusqu’à la moelle, non, nous aborderons l’attitude du simple Chinois de la rue face à une situation qui devrait l’amener à réagir, à apporter son aide, pourtant ce simple individu ne fait rien, les bras croisés, il observe ce qui se passe !

 

 

Vieil homme mort faute de soin !

            Qu’est-ce qui nous interpelle de la sorte ? Plusieurs informations récentes qui couvrent de honte certains Chinois. Par exemple, le 12 août de cette année à 6 heures du matin, un vieil homme tomba sur un trottoir, faute de secours il mourra de ses blessures quelques minutes plus tard ! Les passants autour de lui se contentèrent de l’observer, ils restèrent autour de lui, les uns le regardant et repartant vaquer à leurs occupations, pendant que d’autres restaient à l’observer !! Sans parler de lui porter directement des soins, personne n’eut l’idée d’appeler le 120 (ambulance) pendant près d’une heure, il est ainsi resté allongé sur le trottoir pendant plus d’une heure !!

 

            Quelle société est devenue la Chine, lorsque des habitants laissent une personne âgée mourir sur un trottoir sans lui porter la moindre assistance ? En réalité, pour être tout à fait honnête, il existe une raison qui peut en partie expliquer cela (sans parler de l’individualisation de la société chinoise avec son culte du moi se renforçant davantage chaque jour), non ici nous nous contenterons d’évoquer un cas qui a fait beaucoup de bruit et qu’un des spectateurs du triste spectacle a ressorti au journaliste présent sur les lieux pour justifier leur attitude : 怕老人讹上自己,惹上麻 ([on a] peur que la personne âgée nous trompe [et] qu’elle nous cause des ennuis) ! Comment une personne âgée tombée à terre pourrait-elle créer des ennuis à une personne secourable, à une personne qui en aide une autre à se relever ? Nous voilà au cœur du problème, la réponse est très simple : (Peng Yu). Ce cas est révélateur de cette course au pognon qui disloque peu à peu cette société qui ne voit qu’un seul objectif : comment gagner un max de fric en un minimum de temps !

 


(Suite demain)

 

Wangyoann

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article