Nouvelles expressions des pauvres pour qualifier les dirigeants chinois.

Publié le par wangyoann

     Depuis quelques années, de nouvelles expressions fleurissent sur les forums d’internet, celles-ci reflètent clairement la manière dont le « petit » peuple chinois observe et juge ses dirigeants. Un constat s’impose avant de revenir sur ces expressions et le sens qu’elles recèlent. Tout d’abord, la plupart des messages sont extrêmement négatifs envers le pouvoir chinois, qu’il soit local, provincial ou national. Ensuite, ils ont un point de vue tranché sur le sort qui devrait échoir à ces responsables politiques : prison ou peine de mort pour ceux dont les actions ont été des plus néfastes pour le pays.

     De quelle manière les Chinois font-ils part de leur avis sur internet ? Bien sûr, ils ne peuvent pas écrire des expressions trop visibles et permettant de dévoiler la ou les personnes visées par la ou les expression (s) ! Donc, ils utilisent des expressions détournées, à l’instar de celles qui circulent sur les cadres chinois et qui sont rassemblées sous le vocable « les quatre [actions] à la mode [des fonctionnaires] » : « conduire une B.M.W, fumer des cigarettes Yuxi [cigarettes relativement chères pour la Chine], fricoter avec de jeunes filles et prendre l’avion [payé avec l’argent du gouvernement !] ».

     D’autres expressions sont nées des conditions de vie de plus en plus difficiles des catégories sociales les plus défavorisées en Chine, par exemple les difficultés pour se soigner, pour acheter un appartement : « nous ne pouvons pas donner naissance à des enfants, une césarienne coute au moins 5000 yuan (environ 500 euros) ; [les enfants] ne peuvent pas aller en cours, cela coute au moins 30 000 yuan (environ 3000 euros) ; [nous] ne pouvons pas nous loger, le prix du mètre carré est de 10 000 yuan (1000 euros) ; nous ne pouvons pas nous marier, nous n’avons pas de logement, pas de voiture, qui voudrait de nous ? ; nous ne pouvons pas tomber malades, les médicaments coutent les yeux de la tête ; nous ne pouvons pas mourir, les frais d’incinération et les frais d’une cérémonie digne coutent au moins 10 000 yuan ». Toutes ces expressions relatent parfaitement bien la situation de la majorité de la population chinoise : salaire très faible, couverture maladie inexistante (ou presque), mais les prix des produits de consommation courante, eux, ne cessent de s’élever !

     Que se passera-t-il quand cette frange de la population se rendra réellement compte qu’ils sont les laissés pour compte d’une politique injuste, inégalitaire, qui ne privilégie que ceux qui appartiennent à la « clique » du parti communiste chinois ? Quelle sera leur réaction ? L’histoire chinoise donne certaines réponses de ce côté-là, et à chaque fois la réaction du peuple fut fatale à la « dynastie » régnante.

 

Source : 凤凰周刊, fin décembre 2009.

Wangyoann

Commenter cet article