Plus de 5000 yuan de pots-de-vin, risque de procès ?

Publié le par wangyoann

                Un papier amusant du site d’information sur internet Sohu vient d’être publié. Ce texte se fait l’écho d’une enquête menée par le « bureau de recherche des délits financiers de l’organe de la sécurité publique » (oui, comme toujours, c’est très poétique !), sur les actes illégaux commis (en particulier des délits financiers) par des travailleurs chinois employés dans des structures non – étatiques, c'est-à-dire des travailleurs qui ne sont pas assimilés à des fonctionnaires.


                Cette enquête du « bureau de recherche… » avait pour but de définir des critères « objectifs » (hum, hum) pour mettre en place un cadre de règlementation clair. Il ressort donc de cette enquête que toute personne étant accusée de corruption portant sur une somme supérieure à 5000 yuan pourra être poursuivie en justice. Les personnes concernées par ces nouvelles règlementations sont « les travailleurs d’unité de travail [danwei 单位] non gouvernementale, les ouvriers et les employés ». Sont également concernés par cette nouvelle règlementation, tous les avantages illégalement obtenus en échange de services, ou de « frais » dits de « frais de traitement » (une spécialité en Chine, si vous souhaitez que votre dossier soit traité rapidement, rien de mieux que quelques petits hongbao [pas trop petit quand même] distribués ici ou là) !


                D’autres nouvelles règlementations ont dans le même temps été approuvées, notamment concernant la « fabrication de fausse monnaie, l’utilisation frauduleuse de cartes bancaires, l’utilisation frauduleuse et la captation illégale de fonds appartenant aux particuliers… »  ; ouvrons une petite parenthèse ici, car attention, toute la perversité des fonctionnaires chinois se tient dans les détails de ces nouvelles règlementations. Pourquoi ? Parce que le détournement ou l’utilisation de fonds de manière illégale doit dépasser une certaine somme, ici en l’occurrence la somme doit être supérieure à 200 000 yuan (soit environ 24 000 euros) pour que la « victime » puisse se présenter devant un tribunal ; en deçà de cette somme, aucune possibilité de faire valoir ses droits ; pour les unités de travail (danwei) la somme utilisée illégalement doit être supérieure à 1 million de yuan (soit environ 120 000 euros) pour pouvoir faire appel à un tribunal  !! Nous ne vous parlons pas de la bourse, des entreprises intermédiaires acteurs sur les marchés…, où l’opacité est telle que les fantômes y ont peurs de leur ombre !


                Mais alors, la question intéressante à se poser est : que se passe-t-il lorsqu’il y a un détournement inférieur à la somme prévue par la nouvelle règlementation, l’article n’en parle pas, mais il doit tout simplement s’agir de la « tolérance de corruption »  acceptée par le régime chinois envers les entreprises !!! Inacceptable, honteux !! Oui, nous sommes bien en Chine.


                Et enfin, quid de la situation des fonctionnaires ? Hum, hum, disons que pour faire simple, la situation est relativement claire, puisque rien parmi ces nouvelles règlementations ne les concerne. Ces pourris ne vont quand même pas se tirer une balle dans le pied en s’interdisant ce qu’ils interdisent aux autres !!


                Si ces décisions ne ressemblent pas à du « foutage de gueule » version « fonctionnaires véreux libérées »…    !!


 

Source : 搜狐


Wangyoann

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article