Promotion de la génération de fonctionnaires nés après 1950.

Publié le par wangyoann

     Depuis un peu plus de trois mois, plus d’une centaine de fonctionnaires ont été promus à des postes élevés au sein notamment du parti, du parquet (à la chinoise !) et de l’armée. On assiste donc à une arrivée conséquente de cette génération de fonctionnaires dirigeants de niveau « cadre » (领导/干部) nés dans les années 1950, puisque la génération précédente (celle née dans les années 1940) approche de la retraite, ou pour certains d’entre eux y sont déjà !

     Comme sait si bien le faire le régime chinois, c’est-à-dire dans une très grande transparence, de nombreux visages sont inconnus du public chinois et se retrouve à des postes stratégiques dans la machine étatique chinoise, comme par exemple au département de la justice, de la police et au bureau de la propagande ! On apprend dans cet article du 凤凰周刊  que plusieurs dizaines de ces fonctionnaires nouvellement promus ont fait l’objet d’une « enquête minutieuse » concernant d’éventuels actes de corruption qu’ils auraient pu commettre dans le passé. Quand on voit que ce fléau (corruption, malversations, etc.) est un « cancer » qui s’est propagé à toute la Chine, on doute fortement de la probité des nouveaux arrivants ; combien ont-ils « investis » pour se retrouver à de tels postes ? S’agit-il d’une nouvelle vague de « ploutocrates », comme désigne Jean-Luc Domenach les incompétents aux manettes de l’Etat chinois ?

     On apprend également dans ce même numéro (décembre 2009) que le « directeur du bureau général de lutte contre la corruption », Chen Lianfu, a été choisi tout récemment à ce poste dans une très grande discrétion. Pourquoi, nous l’ignorons, mais cela a très certainement un rapport avec la nouvelle vague (encore une) lancée par les hauts dirigeants chinois contre la corruption. S’agit-il d’une nomination en catimini pour ne pas effrayer les plus grands corrompus de Chine, qui pourraient se préparer à faire face à une éventuelle enquête les concernant ? Peut-être ! En tout cas, des têtes vont tombées, au propre comme au figuré ! Mais un peu loin dans l’article, on apprend comment de nombreux fonctionnaires (de niveau cadre 领导 /干部) peuvent passer entre les mailles du filet !! Tout simplement parce que deux départements coexistent pour  la lutte  contre la corruption : le bureau contre la prévarication (manquer aux devoirs de sa charge) et le bureau contre la corruption (pot de vin…). Or, lorsqu’un des deux départements enquête sur une personne, elle ne s’intéresse qu’à la partie qui la concerne et néglige totalement ce qui pourrait intéresser le second département. Donc lorsqu’un dossier passe d’un département à un autre, très souvent le dossier disparaît comme par magie (bien sûr grâce à de généreux hongbao 红包, « enveloppe rouge »  dans laquelle on met de l’argent) !!

 

Source : 凤凰周刊, décembre 2009-12-19

Wangyoann

Commenter cet article