Un nouveau haut responsable du parti sous les verrous !

Publié le par wangyoann

            Et un de plus, dans la liste interminable des pourris pris la main dans le sac. Aujourd’hui, il s’agit de l’ancien responsable adjoint du « bureau des enquêtes financières du ministère de la Sécurité publique » (en quelque sorte la Brigade financière en France)!

            Cette arrestation de Xiang Huaizhu (c’est le nom du pourri en question) vient en « complément » de celle orchestrée en janvier 2009, où « l’assistant du directeur de la sécurité publique et directeur du bureau des enquêtes financières, Zheng Shaogong », avait été arrêté pour des soupçons de corruption !!! Zheng Shaogong était juste le patron de Xiang Huaizhu !!

            Assumant de nombreuses autres responsabilités, par exemple au sein du bureau des enquêtes de la bourse de Pékin, les occasions de corruption de manquaient sûrement pas !!!

            Combien de responsables vont encore se retrouver derrière les barreaux, peut-on raisonnablement croire que les supérieurs et le personnel sous la responsabilité de Xiang Huaishu ne soient pas eux aussi impliqués dans cette affaire ou dans d’autres ? Le pouvoir qu’ont ces responsables politiques est gigantesque, car ils ont un pouvoir de contrôle et surtout un pouvoir de décision qui les placent dans un rapport de force nettement à leur avantage !!

Ces corrompus (qu’ils soient au sein de la machine judiciaire, économique, politique… [cette différenciation n’a pas vraiment d’importance, puisqu’ils appartiennent tous à la clique du PCC]) ont pour travail de contrôler et d’observer d’autres corrompus, qui parfois ont une position supérieure à la leur ; en effet, ce sont des membres du parti qui jugent d’autres membres du parti !! Enfin, rappelons-le, le seul moyen de monter en grade dans le système politique chinois est l’activation de son réseau de relation (le fameux guanxi 关系) et la distribution de hongbao (l’un ne se faisant pas sans l’autre), or réseau de relation et hongbao marchent de paire, le résultat de cette simple équation est donc : « plus les politiques montent en grade, plus ils doivent corrompre », c’est une question de survie, pourraient-ils nous rétorquer (1) !

Ces responsables corrompus, souvent au plus haut sommet de l’État, sont au cœur même du pouvoir communiste, ils en connaissent les rouages, ainsi même s’ils se font prendre, les sommes déjà détournées et envoyées à l’étranger avec succès leur assurera leurs vieux jours, car une fois leur « punition » effectuée en Chine, les délinquants politiques-financiers pourront profiter de leur beau matelas placé à l’étranger (n’est-ce pas un peu pareil dans nos belles démocraties ?) !!

 

(1) Nous avions déjà abordé dans un de nos textes ce problème d’évolution de carrière pour les politiques chinois.

Source : 搜狐  Souhu

Wangyoann

Commenter cet article