Un nouveau scandale du lait frelaté en Chine !!

Publié le par wangyoann

Retour sur les principaux scandales de l’année 2009 :

            Les affaires du lait frelaté en Chine se suivent et se ressemblent. Depuis 2008, suite au scandale du lait frelaté (présence de mélamine dans le lait) de la société Sanlu 三鹿, pas moins de quatre autres affaires similaires ont éclaté en 2009. La première « affaire » a concerné la société « 香蕉果园 » (Jardin de la banane). Les autorités sanitaires de la ville de Tangshan, dans la province du Hebei, avaient détecté des traces de mélamine dans des bâtonnets de glace. Fort heureusement, personne n’a été contaminé, selon les autorités chinoises ! Le mois d’avril vit, quant à lui, deux affaires : la seconde affaire (de l’année), qui éclata le 9 avril 2009, porta sur le même type de produit : des bâtonnets de glace (produits qui se vendent très bien en Chine, car le prix est peu élevé), dans la province du Liaoning. Dans le même mois, le 25 avril pour être précis, une troisième affaire vit le jour, les produits incriminés étaient tout simplement du lait à boire ! Et enfin l’affaire qui nous mène à écrire cet article concerne la quatrième et dernière « affaire » de l’année 2009, en tout cas, dernière affaire divulguée par le gouvernement chinois, est un scandale qui devrait provoquer la chute de quelques têtes du parti (chutes au sens propre comme au sens figuré).

 

8 mois de « camouflage » :

                La raison pour laquelle cette affaire retient notre attention est la durée de la dissimulation de cette affaire de lait frelaté : 8 mois !!

                Cela veut dire que pendant 8 mois, les autorités ont voulu étouffer cette affaire !

                De quelle société parlons-nous ? La société au centre de ce scandale est la « société [à responsabilité limitée] de produits laitiers Panda de Shanghai » (上海熊猫乳品有限公司). Oui oui, vous lisez bien, la société au cœur de cette affaire est une société shanghaienne ! En décembre 2009, une enquête des autorités de la province du Shandong (山东) avait permis de mettre la main sur près de 5,25 tonnes de lait en poudre posant problème, dont 3 tonnes de ce lait en poudre présentaient des quantités anormalement élevées de mélamine !! Encore une fois, le problème se situe en amont, entre la production et le produit fini, où les contrôles sanitaires sont quasiment inexistants. La contamination proviendrait donc d’un des fournisseurs de la société Panda !! Ce qui est préoccupant dans ce genre d’affaires, et que nous dénonçons souvent, ce sont les interdépendances entre le monde de l’entreprise et le parti communiste, car les dirigeants de ces entreprises sont donc à la fois juges et parties ! Car au final, quelles sont les personnes qui « trinquent » pour leur santé ? Pas les dirigeants des entreprises ou du parti, car eux ils achètent ce genre de produits à l’étranger, où les contrôles sont efficaces et indépendants de toute pression extérieure (en tout cas dans la plupart des cas !), mais bien toujours les mêmes !

                Les résultats de cette contamination du lait en poudre de la société Panda sont connus depuis le mois d’avril 2009, il a fallu attendre la fin du mois de décembre pour que cette nouvelle affaire soit prise en main officiellement par les autorités chinoises ! Nous ne parlons même pas des tonnes de lait en poudre contaminé de la société Sanlu (voir plus haut), qui se sont envolées dans la nature !

                Un autre volet de cette affaire concerne une société qui a le même nom que celle incriminée ci-dessous (Panda), mais celle-ci est située au Zhejiang et jouit d’une bonne réputation en Chine (ces deux sociétés sont indépendantes l’une de l’autre). Dès le mois d’avril 2009, la société Panda du Zhejiang avait fait part de ses doutes sur la qualité du lait en poudre de la société Panda de Shanghai en envoyant un rapport au bureau du contrôle qualité de toutes les provinces et les municipalités autonomes de Chine. Car la crainte de la société Panda du Zhejiang était de voir sa réputation mise à mal, à cause de la société Panda de Shanghai. La société Panda de Shanghai ne s’appelait pas à l’origine Panda (mais Ours précieux : 宝熊), elle a pu changer de nom grâce à l’octroi d’un droit d’utilisation de la province du Sichuan ! Comme le nom Panda était déjà le nom d’une entreprise réputée, les dirigeants ont donc choisi de capitaliser une image positive sur le dos de la marque Panda du Zhejiang ! C’est comme qui dirait du grand n’importe quoi !

                La question centrale sur cette affaire est : pourquoi les autorités locales ont-elles attendu 8 mois avant de rendre publics les résultats de cette enquête ? Certaines personnes au courant des résultats de l’enquête ont déclaré (anonymement, et on comprend pourquoi) qu’ils avaient été « obligées de se taire, et de conserver ce secret » ! La raison invoquée : « le secteur du lait en poudre venait de retrouver le chemin de la croissance, et les perspectives à court terme étaient excellentes » ! Il s’agit donc une nouvelle fois de la

« Raison du pognon [qui] est toujours la meilleure [en Chine]

 Nous [l’avons] montrer [une nouvelle fois] tout à l’heure».  

               

                Il ne fait aucun doute que d’autres affaires de ce type vont encore éclatées au grand jour. Les membres du parti ont souvent les deux casquettes : pouvoir politique et financier (sans compter que leur réseau leur permet bien souvent une protection juridique et également médiatique); comment dans ces cas-là les malversations et autres entourloupes peuvent-elles être révélées au public ; certaines le sont, simplement parce qu’elles sont à une échelle qu’il est impossible d’étouffer !

                Quels sont les choix des parents chinois qui viennent juste d’avoir un bébé ? D’un côté des produits de marque chinoise dont la qualité est souvent prise en défaut, où de l’autre côté des marques occidentales qui n’hésitent plus maintenant à communiquer sur d’éventuels problèmes de qualité de leur produit, politique bien évidemment couteuse, mais rassurante pour le consommateur. Le choix pour de nombreux Chinois (et Occidentaux installés en Chine) est donc relativement clair ! Non !!

Source : 今日财经 et 腾讯新闻

Wangyoann

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article