450 000 enseignants « remplaçants » mis à la porte!

Publié le par wangyoann

      Le quotidien «  都市快报 » (Bulletin d’informations de la ville [en l’occurrence Hangzhou]) du 4 janvier nous fait part de la décision du gouvernement chinois de remercier, en 2010, près de 450 000 enseignants remplaçants. Pourquoi une telle décision, quand on connaît la pénurie de professeurs dans les lieux relativement isolés de Chine ; mystère !

      Il existe en Chine deux différences fondamentales entre les professeurs dits « professeurs titulaires » et les professeurs dits « professeurs remplaçants », différences qui concernent le revenu et les droits sociaux (c'est-à-dire, le montant de la retraite auquel ils auront droits, la couverture santé et les divers avantages liés à l’achat d’un appartement). Là où les premiers gagnent environ 2000 yuan (environ 200 euros) par mois, les seconds ne peuvent que percevoir un salaire mensuel s’élevant à 200-250 yuan (20-25 euros) !! Toutefois, l’article ne mentionne pas les endroits d’où proviennent ces chiffres, ils doivent sans doute provenir de régions pauvres et donc de régions assez reculées de Chine. La situation dans les villes chinoises est-elle pour autant meilleure ? Sûrement pas, même si le salaire de base de ces professeurs remplaçants doit être plus élevé, les prix pour se loger, pour se nourrir, pour se vêtir, sont eux clairement plus élevés qu’à la campagne. Donc la vie pour ces professeurs remplaçants à la ville n’est pas forcément plus enviable qu’à la campagne !

     Toujours dans ce même article du «  都市快报 », la situation familiale et financière de quelques professeurs remplaçants remerciés est décrite brièvement, mais montre bien la détresse dans laquelle les a plongées cette décision du gouvernement chinois. Il y a tout d’abord un monsieur prénommé Wang Anzhi, âgé de 54 ans, et qui commença à travailler en 1974 en tant que professeur remplaçant, et ce jusqu’en 2009 sans avoir jamais pu obtenir la possibilité de devenir professeur titulaire ! Pourquoi : parce qu’en 35 ans de carrière, il s’est interrompu une année d’enseigner, ce qui lui valut de ne jamais accéder au statut de professeur titulaire. Remercié en septembre 2009, il a reçu une prime de 600 yuan, en quelque sorte une prime de « licenciement » pour tout son travail !

     Autre situation douloureuse, celle de monsieur Su Hanwei. Su Hanwei est un homme âgé de 42 ans qui doit se lever tous les jours avant 5 heures du matin et commencer sa journée par s’occuper des quelques bêtes qu’il possède ! Ensuite, vers 6 heures du matin, muni de 2 seaux vides, il doit arpenter les chemins montagneux sur plus de 2 kilomètres (où sur le trajet il doit remplir ses 2 seaux d’eau, afin de donner aux enfants ce qui leur servira de « boisson » pour toute la journée) pour se rendre à l’école où il enseigne ! Et enfin, la journée de cours peut commencer ! De nombreux autres exemples pourraient encore illustrer les conséquences de cette décision inique prise par le gouvernement chinois, mais habitués à obéir aux ordres, ceux-ci n’auront plus qu’à trouver un autre travail, pour continuer à survivre.

Source : 都市快报, 4 janvier 2010.

Wangyoann

Commenter cet article