Les chiffres abracadabrantesques du chômage en Chine ! (1/2)

Publié le par wangyoann

                Le chômage en Chine est une question, un thème extrêmement sensible, pour ne pas dire une question tabou.

 

Le 22 mars dernier, lors d’une conférence, le premier ministre Wen Jiabao a déclaré : « je sais qu’aux États-Unis il y a 2 millions de chômeurs, et que cette question est devenue un thème essentiel pour l’administration Obama, mais en Chine le chômage touche plus de 200 millions de personnes [ce qui ferait environ 14 % de la population globale du pays]… [nous pourrions poursuivre sa réflexion, alors pensez bien que cette question nous préoccupe !] » ! C’est vrai que vu sous cet angle, même si les chiffres ne sont pas exacts, ils donnent toutefois une idée de l’ampleur de ce problème en Chine.

 

 

Les chiffres publiés par le gouvernement :


                Les chiffres publiés par le gouvernement chinois semblent non pas un peu éloignés de la réalité, mais extrêmement éloignés !!

 

                Le 22 janvier 2010, le « ministère de la Protection des ressources humaines » a publié des chiffres sur l’état du marché du travail en Chine, des statistiques à la fois pour le 4e et dernier trimestre de l’année 2009, ainsi que des statistiques globales pour l’année 2009. Des chiffres, comme d'habitude, aussi invérifiables les uns que les autres; Merlin avec sa poudre magique n’aurait pas fait mieux !

 

 

Quelques chiffres du ministère :


                Quelques statistiques officielles sur le marché de l’emploi en Chine portant sur l’année 2009 : « 11 millions de personnes ont trouvé un travail, les objectifs ayant été atteints à 122 % [les objectifs initiaux étaient de 9 millions de personnes]. Le nombre de personnes ayant perdu leur travail puis en ayant trouvé un nouveau est de 5 millions. Enfin, le nombre de personnes inscrites sur les listes de chercheurs d’emplois est de 9,2 millions, soit environ 4,3 % de chômeurs » !!

 

                Donc, si nous comparons le nombre de chômeurs divulgué lors de la conférence de mars dernier par le premier ministre chinois avec celui fourni par le ministère de la Protection des ressources humaines, on constate un écart gigantesque sur cette « simple » statistique ! D’un côté nous avons un taux de chômage de 4,3 %, de l’autre un taux de plus de 14 % !!! Rappelons également qu’entre 2003 et 2010, les chiffres du chômage « officiel » en Chine se sont toujours situés entre 4 et 4,3 % !!

 

En 2006, un chercheur de l’Institut des sciences sociales de Shanghai considérait qu’en « incluant les personnes vivant à la campagne, le taux de chômage réel en Chine devrait être supérieur à 20 % ».

 

                Puis, en 2008, ce fut le tour de l’Institut des sciences sociales de Chine de publier un « livre bleu » dans lequel des chercheurs de cet institut avançaient le chiffre d’un taux de chômage de près de 9,4 %, alors que le ministère affichait à ce moment-là un taux de chômage de 4 % !!

 

                Le « pouvoir des chiffres » a un sens bien précis en Chine, à l’instar de celui de la croissance économique : 8 %, que doit maintenir absolument la Chine si elle ne veut pas avoir à gérer davantage de troubles intérieurs ; eh bien ! pour le chômage, le chiffre magique est 4 %, le taux de chômage ne doit donc pas dépasser – officiellement – ce numéro envoutant !! Tous les chiffres publiés par les organes officiels du pouvoir communiste sont donc d’immenses farces répétées tout au long de l’année : taux de croissance, taux de chômage, endettement de l’État et des ménages, chiffres d’affaires de nombreuses sociétés d’État, statistiques économiques des collectivités locales…

 

                Quand on voit les médias occidentaux boire les statistiques chinoises à la fontaine des organes officiels du parti et s’enivrer de ces statistiques jusqu’à plus soif, on ne peut qu’avoir pitié de ces journalistes qui ne font que relayer une information qu’ils ne prennent jamais la peine de vérifier, ou de les croiser avec d’autres sources ! Et ces gens se considèrent comme des journalistes ?

 

Wangyoann

Commenter cet article